CALL FOR RESPECT FOR PRESS FREEDOM AND JOURNALISTIC INDEPENDENCE IN EUROPE

279

 

Paris, 6 December 2019

Association of European Journalists
Reporters Without Borders
European Federation of Journalists
European Centre for Press and Media Freedom
South East Europe Media Organisation

Meeting in Paris, this 6 December,
We note that, while European journalists enjoy a generally privileged situation
compared to many other regions of the world, Europe is no longer a completely safe
place for the profession and for press freedom. Indeed we observe that Europe is the
part of the world where press freedom has deteriorated the most in recent years.
With the erosion of the “European model”, as mentioned by Reporters Without
Borders (RSF) in its latest report on press freedom around the world, journalists have
become the target of increasingly virulent, even violent, attacks by political leaders.
Using social networks to bypass the sometimes critical mediation of professional
journalists, politicians no longer hesitate to designate the press as an outright
adversary. They call on their supporters to attack news organisations reputed to be
hostile, and obstruct the work of journalists through judicial harassment. This
phenomenon is all the more obvious given the current trend of societies towards
polarization, which is making public debate increasingly fraught.
Over the past five years, the AEJ, the EFJ, RSF and the eleven other partner
organisations of the Council of Europe Platform for the Protection of Journalism have

reported 256 serious violations of press freedom in the member states of the
European Union, including 60 cases of violations of the physical integrity of journalists
(including 14 murders of journalists in France, Poland, Denmark, the United Kingdom,
Bulgaria, Slovakia and Malta). Of these 256 press freedom violations in the EU, public
authorities were the direct source of the threat in 57% of cases.
In addition, there have been breaches of the rule of law in several member states of the
European Union and the Council of Europe. These weaken the democratic framework
essential for the existence of a free and independent press and, by also attacking public
broadcasting, prevent it from playing its essential role fully, particularly during
elections. If the rule of law is not respected, the press and the judiciary are at the mercy
of politicians.
To this can be added the growing mistrust of elites, supposedly including journalists, as
well as measures restricting individual freedoms and press freedom adopted by
governments under the guise of combating terrorism, and economic difficulties linked
to the crisis in the media sector.
Against this background, with the press under attack, the credibility of journalists is
undermined, public support falters, and a sense of impunity sets in among those who
are the subject of investigative journalism.
In addition to the threats and insults of political leaders, we see interference by state
authorities and attacks by criminal organisations operating in Europe, which target
investigative journalists in particular. In addition to the high-profile cases of Daphne
Caruana Galizia and Ján Kuciak, physical attacks and death threats by mafia groups
against journalists are frequent in several countries.
While we welcome the efforts made so far by the European Union and the Council of
Europe to respect the rule of law and freedom of the press, we believe that this is not
enough to guarantee a healthy and safe environment for this freedom to be fully
exercised. For this reason we ask Europe’s political leaders, and the institutions of the
European Union:
● To address judicial harassment and “gag procedures”(SLAPPs, strategic
lawsuits against public participation) by adopting legislative measures that
afford effective protection to journalists against such practices, whose sole
purpose is to limit journalists’ freedom of expression, and by ensuring a
favourable and safe environment in which journalists can work;
● To put an end to the application of exorbitant criminal sanctions, including
prison sentences, in defamation proceedings in all European states;

● To ensure that measures to protect press freedom and pluralism are
implemented effectively by the European Union, by expressly assigning this
competency to a member of the European Commission;
● To ensure the pluralism and independence of public-service broadcasting so
that it can fully play its public-service role of informing citizens in an inclusive
and pluralistic manner, by putting in place effective safeguards against political
interference, in particular with regard to appointments to editorial posts;
● To create an effective early warning mechanism against any violation of press
freedom along the lines of the Council of Europe’s “Platform to strengthen the
protection of journalism and the safety of journalists”;
● To guarantee the integrity of the public space against the spread of false news,
while fully preserving freedom of information and freedom of speech;
● Impose democratic guarantees in the digital space so as to guarantee freedom
of opinion and expression, as promoted by the “Information & Democracy”
initiative launched by Reporters Without Borders;
● To support the Journalism Trust Initiative, also launched by RSF, which aims to
promote freedom, independence, pluralism and reliability of information, as
well as other similar initiatives and projects from other organisations
recognised by the journalism community;
● To set up educational programmes on media and news in late primary, and
secondary, education;
● That the European Parliament periodically assess respect for press freedom in
all EU member states and candidates for membership, particularly during
election campaigns;
● To extend the powers of the European Ombudsman so that this office may
verify compliance with the European Charter of Fundamental Rights not only by
the European institutions but also by all its member states;
● That the member countries of the European Union and the Council of Europe
implement without delay Recommendation 2016/4 of the Committee of
Ministers of the Council of Europe “on the protection of journalism and the
safety of journalists and other media actors”;
● That the member countries of the European Union and the Council of Europe
ensure that the United Nations: 1. adopt the “International Convention on the
Safety and Independence of Journalists and Other Media Professionals”
proposed by the International Federation of Journalists, so that crimes and
attacks against journalists worldwide no longer go unpunished, and 2. create
the mandate of the UN Secretary-General’s Special Representative for the
Safety of Journalists, called for by a coalition of more than 100 organisations
and media.
A free and independent press is the best guarantee for the proper functioning of
democratic institutions, and a bulwark against authoritarian abuses and manipulation of public opinion. It is in everyone’s interest that the press remains this way, and the
duty of public authorities to ensure it.


Francais

APPEL

POUR LE RESPECT DE LA LIBERTÉ
ET DE L’INDÉPENDANCE DE LA PRESSE

EN EUROPE
Paris, 6 décembre 2019

L’Association des journalistes européens (AEJ)
Reporters sans frontières (RSF)
La Fédération européenne des journalistes (FEJ)
European Centre for Press and Media Freedom (ECPMF)
South East Europe Media Organisation (SEEMO)

Réunis à Paris ce 6 décembre,
Constatent que, si les journalistes européens jouissent d’une situation globalement
privilégiée par rapport à de nombreuses autres régions du monde, l’Europe ne
constitue plus une zone complètement sûre pour la profession et pour la liberté de la
presse, et qu’elle est au contraire la partie du monde où celle-ci se dégrade le plus ces
dernières années.
L’érosion du “modèle européen” telle qu’évoquée par Reporters sans frontières (RSF)
dans son dernier rapport sur la liberté de la presse dans le monde a vu les journalistes
devenir la cible d’attaques de plus en plus virulentes, voire violentes, de la part des
responsables politiques. Utilisant les réseaux sociaux pour contourner le relais parfois
critique que constituent les journalistes professionnels, ils n’hésitent plus à désigner la
presse comme un adversaire à part entière, et appellent leurs partisans à s’en prendre
aux médias réputés hostiles et à leurs journalistes, lorsqu’ils n’entravent pas leur
activité au travers du harcèlement judiciaire. Un phénomène d’autant plus évident que
les sociétés tendent à se polariser, rendant le débat public de plus en plus tendu.

Ces cinq dernières années, l’AEJ, la FEJ, RSF et les onze autres organisations partenaires de la
Plateforme du Conseil de l’Europe pour la Protection du Journalisme ont relevé, dans les pays
membres de l’Union européenne, 256 violations graves de la liberté de la presse, dont 60 cas
d’atteinte à l’intégrité physique des journalistes (y compris 14 assassinats de journalistes, en
France, en Pologne, au Danemark, au Royaume-Uni, en Bulgarie, en Slovaquie, à Malte). Sur ces
256 violations de la liberté de la presse au sein de l’Union européenne, les autorités publiques
étaient la source directe de la menace dans 57% des cas.
A cela s’ajoutent les entorses à l’Etat de droit dans plusieurs pays membres de l’Union
européenne et du Conseil de l’Europe. Celles-ci affaiblissent le cadre démocratique
indispensable pour l’existence d’une presse libre et indépendante, et, en s’attaquant également
à l’audiovisuel public, l’empêchent de jouer pleinement son rôle essentiel notamment en
période électorale. Si l’Etat de droit n’est pas respecté, la presse et la justice sont à la merci des
politiques.
Enfin, nous souhaitons souligner la défiance croissante vis-à-vis des élites dont les
journalistes font supposément partie, les mesures restrictives des libertés individuelles
et de la liberté de la presse adoptées par les gouvernements sous couvert de lutte
contre le terrorisme, et les difficultés économiques liées à la crise du secteur de la
presse.
Dans ce contexte, et alors que la presse est prise à partie, la crédibilité des journalistes
est mise à mal, le soutien de l’opinion publique vacille, et un sentiment d’impunité
s’installe chez ceux qui font l’objet d’enquêtes journalistiques.
Aux menaces et aux insultes des dirigeants politiques s’ajoutent l’ingérence du pouvoir
en place et les agressions des organisations criminelles qui opèrent en Europe et qui
visent en particulier les journalistes d’investigation. Outre les cas retentissants de
Daphne Caruana Galizia et de Ján Kuciak, les attaques physiques et les menaces de
mort des groupes mafieux et autres organisations criminelles contre des journalistes
sont fréquentes dans plusieurs pays.
Si nous saluons les efforts menés jusqu’à présent par l’Union européenne et le Conseil
de l’Europe en matière de respect de l’Etat de droit et de liberté de la presse, nous
estimons que cela ne suffit pas à garantir un environnement sain et sûr pour que cette
liberté puisse pleinement s’exercer. Pour cela, nous demandons aux responsables
politiques des pays européens, et aux institutions de l’Union européenne :
● De s’attaquer au harcèlement judiciaire et aux “procédures bâillon” (‘SLAPP,
strategic lawsuit against public participation) en adoptant des mesures
législatives qui protègent effectivement les journalistes contre ces procédures,
qui n’ont pour seul but que de limiter leur liberté d’expression, et en assurant un
environnement favorable et sûr dans lequel les journalistes puissent travailler ;

● De mettre fin à l’application de sanctions pénales exorbitantes, notamment des
peines de prison, dans les procès en diffamation dans tous les Etats européens ;
● De veiller à ce que les mesures de protection de la liberté et du pluralisme de la
presse soient effectivement appliquées par l’Union européenne, également
vis-à-vis des pays candidats à l’adhésion, en attribuant expressément ces
compétences à un membre de la Commission européenne ;
● De veiller au pluralisme et à l’indépendance de l’audiovisuel public afin qu’il
puisse jouer pleinement son rôle d’information au service des citoyens de
manière inclusive et pluraliste, en mettant en place des garde-fous efficaces
contre les interférences politiques, notamment en ce qui concerne les
nominations à des postes éditoriaux ;
● De créer un mécanisme efficace d’alerte rapide contre toute violation de la
liberté de la presse sur le modèle de la “Plateforme pour renforcer la protection
du journalisme et la sécurité des journalistes” du Conseil de l’Europe ;
● De garantir l’intégrité de l’espace public face à la diffusion des fausses informations,
tout en préservant pleinement la liberté d’informer et la liberté d’expression
● D’imposer des garanties démocratiques dans l’espace numérique de la communication
et de l’information, pour assurer que la liberté d’opinion et d’expression soit effective,
ainsi que le promeut l’initiative “Information & Démocratie” lancée par Reporters sans
frontières.
● De soutenir la “Journalism Trust Initiative”, également lancée par RSF, qui vise à
favoriser la liberté, l’indépendance, le pluralisme et la fiabilité de l’information, ainsi
que les autres initiatives et projets semblables émanant des autres organisations
reconnues par la communauté journalistique
● De mettre en place dès la fin de l’enseignement primaire et dans le cycle
secondaire des programmes d’éducation aux médias et à l’information ;
● Que le Parlement européen examine périodiquement le respect de la liberté de
la presse dans tous les Etats-membres de l’UE, ainsi que dans les Etats candidats
à l’adhésion, en particulier pendant les campagnes électorales ;
● D’élargir les pouvoirs du médiateur européen pour qu’il puisse vérifier le
respect de la Charte européenne des droits fondamentaux non-seulement par
les institutions européennes mais aussi par tous ses Etats-membres ;
● Que les pays membres de l’Union européenne et du Conseil de l’Europe mettent en
œuvre sans tarder la Recommandation 2016/4 du Comité des Ministres des Etats
membres du Conseil de l’Europe « sur la protection du journalisme et la sécurité des
journalistes et autres acteurs des médias ;
● Que les pays membres de l’Union européenne et du Conseil de l’Europe fassent
en sorte que les Nations Unies : 1. adoptent la “Convention internationale pour
la sécurité et l’indépendance des journalistes et des autres professionnels des
médias” proposée par la Fédération Internationale des Journalistes, afin que les
crimes et les agressions contre les journalistes dans le monde entier ne restent
plus impunis, et 2. créent le mandat de représentant spécial du Secrétaire Général des

nations unies pour la sécurité des journalistes réclamé par une coalition de plus de 100
organisations et médias​.

Une presse libre et indépendante est la meilleure garante du bon fonctionnement des
institutions démocratiques, et un rempart contre les dérives autoritaires et les
manipulations de l’opinion publique. Il est de l’intérêt de tous qu’elle le demeure et du
devoir des autorités de faire en sorte que ce soit le cas.